Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Bienvenue sur le site de l'Association Malienne des Anciens Fonctionnaires Internationaux des Nations Unies (AMAFINU)

      

 

Mardi, 14 Janvier 2014 11:38

Partenariat entre le Ministère de la Santé et l’AMAFINU : Première conférence débat sur la santé publique au Mali, d’hier à aujourd’hui (Mars 2012)

Le samedi 10 mars 2012 s’est tenue dans l’Amphithéâtre de la maison des ainés de Bamako, une conférence débat sur la santé publique au Mali. Elle a été organisée par l’Association Malienne des Anciens Fonctionnaires Internationaux des Nations Unies (AMAFINU), en partenariat, avec les Ordres professionnels de la Santé : Ordre des Médecins, Ordre des Pharmaciens et Ordre des Sages-femmes.

Un public nombreux parmi lesquels il y’avait les représentants du FINUAP, les professionnels de la santé (les pharmaciens, les médecins, les sages femmes), les étudiants des écoles de formations en santé, les anciens fonctionnaires du système des nations unies, et d’autres représentants de la société civile.

 

 

Trois moments forts ont marqué  cette cérémonie : la cérémonie d’ouverture, les deux  communications des deux membres de l’AMAFINU et le débat. Cette conférence placée sous la présidence de Madame le Ministre de la Santé du Mali DIALLO Madeleine BA était consacrée essentiellement au partage des expériences pour contribuer au développement socio sanitaire du pays.

Après avoir souhaité la bienvenue, le Président de l’AMAFINU, M. Moriké KONARE a tout d’abord salué la disponibilité de Mme le ministre qui malgré son calendrier chargé a effectué le déplacement. Il a aussi salué les présidents des différents ordres de la santé, partenaires de l’événement.

Le président a saisie cette opportunité  pour énumérer les  buts que s’est assigné l’AMAFINU qui sont entre autres : de servir d’organe d’entraide entre ses membres, de conseiller et d’assister dans la mesure de ses moyens et selon les compétences disponibles les autorités et les institutions maliennes, de soutenir et de promouvoir les principes et idéaux de paix du système des nations unies.

Prenant à son tour la parole, Dr. Fofana président de l’ordre des médecins, a rappelé que la mission réelle des différents ordres de la santé consiste notamment à apporter un soutien médical de qualité aux populations. Le niveau de formation a baissé par faute de bons formateurs. Le coté humanisant manque dans le cursus de formation ce qui fait que la jeune génération manque d’étique,  de moral et de rigueur de l’ancienne génération.

Après cette intervention Mme le Ministre de la Santé du Mali DIALLO Madeleine BA, a d’abord adressé ses sincères remerciements au président et à tous les membres de l’AMAFINU pour l’honneur qui lui était fait de présider cette conférence débat. Elle a ensuite fait observer une minute de silence pour la mémoire de nos sœurs et frères disparus sur le champ de l’honneur de la patrie malienne. Elle a enfin salué cette volonté des ainés de partager les expériences acquises en matière de politique de sante du Mali avec les plus jeunes.

La conférence débat était animée par Pr. Mamadou KOUMARE et Dr. Seydou Ousmane DIALLO.

Abdoulaye NIANG, secrétaire au développement de l’AMAFINU a  été le modérateur de  cette conférence riche en événement.

Dans son brillant exposé sur l’historique et les perspectives de la pharmacie au Mali, Professeur Mamadou KOUMARE a d’abord révélé la création des premières pharmacies à Bamako à partir de 1930 ; la période à la quelle la couverture pharmaceutique répondait aux besoins des populations, ce qui n’est pas le cas de nos jours. Concernant les préoccupations, il a évoqué : le mercantilisme des professionnels, le manque de débouchés pour les étudiants en pharmacie et le choix d’un traitement approprié pour les consommateurs.

L’Exposé du Professeur DEMBELE a été  présenté par Dr. Seydou Ousmane DIALLO. Dans son intervention, il a assuré qu’à l’époque, avant même la réalisation des infrastructures, on effectuait d’abord des études médicales pour mesurer les impacts nocifs sur les populations. C’est le cas  de Selingué et Manantali avant la mise en eau des barrages.  Il a enfin suggéré que si nous voulons un bon système de santé pour le Mali « il faut penser au pluriel ».

Après les interventions des deux conférenciers,  les deux panelistes (Mme KOUMARE présidente de l’ordre des sages femmes et Mme  DIALLO, ancienne présidente de l’ordre des pharmaciens) et certains participants ont souligné certaines préoccupations. Il s’agit de : l’Insuffisance notoire des Sages Femmes dont une sage femme pour 23 000 habitants, l’inadéquation formation/emploi pour les étudiants, l’insuffisance de formateurs compétents, la banalisation et la vente illicites des médicaments, la dérive de la profession.

A la fin de cette cérémonie, les participants ont souhaité la pérennisation de cet événement riche en connaissance.

Ibrahima DIA

 

 

 

 

 
AMAFINU -Tous droits réservés