Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Bienvenue sur le site de l'Association Malienne des Anciens Fonctionnaires Internationaux des Nations Unies (AMAFINU)

      

 

Samedi, 21 Mai 2011 21:43

90EME ANNIVERSAIRE DE M'BOW : L'hommage à un Africain qui à apporté à l'humanité

L'Association malienne des anciens fonctionnaires internationaux des Nations Unies (AMAFINU) a célébré, samedi dernier, au CICB, le 90ème anniversaire de la naissance de Amadou Mahtar M'BOW, premier Africain à occuper le poste de Directeur général de l'Unesco.

L'AMAFINU a voulu célébrer ce 90ème anniversaire en organisant une table-ronde à laquelle de nombreuses personnalités étaient conviées. Occasion pour les uns et les autres de témoigner de la vie cet homme qui a révolutionné l'Unesco au cours de ses deux mandats (1974-1986). Le président de l'AMAFINU, Morikè KONARE, a souligné l'importance particulière de l'avènement d'un Africain, à cette époque, à la tête d'une des plus grandes institutions des Nations Unie. D'abord, il y a le fait que jusqu'aux indépendances, les peuples africains étaient des peuples sens voix. Une fois l'indépendance acquise, la plupart des jeunes États feront leur entrée à l'Unesco, exprimant par la même occasion des besoins nouveaux, notamment en matière d'éducation; mais également, de nouvelles sensibilités culturelles, de nouvelles aspirations spirituelles et intellectuelles dont la prise en charge devait influer sur les perspectives, les programmes et les pratiques de l'Unesco.

 

Ensuite, souligne Morikè KONARE, il y a le fait qu'au moment de l'élection de M. M'BOW toutes les structures du « Tiers Monde » menaient le même combat pour la liberté des peuples et pour l'égale dignité des cultures. Dans sa communication, Baba Akhib HAIDARA a mis en exergue les nombreuses initiatives entreprises par Amadou Mahtar M'BOW qui a exprimé son attachement à des valeurs données. Il a rappelé de ce fait, entre autres, la déclaration faite devant la première Conférence panafricaine consacrée à la culture, tenue à Accra, s'agissant de l'identité culturelle: « Dans la lutte contre le racisme et le colonialisme, par-delà les lignes de partage idéologiques ou les frontières héritées de la colonisation, l'affirmation de l'identité culturelle, qui sert de fondement à l'indépendance des nations, apparaît également comme un instrument de l'unité africaine et comme une garantie dans les relations internationales ».

Ainsi, au cours de son double mandat, ce thème de l'identité culturelle allait se développer dans diverses activités de l'Unesco à l'instar du « Programme décennal pour l'Afrique consacré à l'étude de la tradition orale et à la promotion des langues africaines ». Le conférencier a aussi rappelé que sur le plan international, M'BOW a initié toute une variété de projets allant de la restitution d'objets archéologiques et d:ceuvres d'art des pays anciennement colonisés, à la promotion du patrimoine culturel mondial, en passant par « MONDIACULT », cette conférence mondiale sur les politiques culturelles tenue à Mexico en 1982.

Pour Amadou Mahtar M'BOW, dira le conférencier, Baba Akhib HAIDARA, l'éducation, la science et la culture sont à la base de tout processus de progrès intellectuel, social et économique. Aussi, considère-t-il que « seules des populations capables de dominer leurs problèmes, d'utiliser rationnellement la science et la technique, sans rien renier de leur génie culturel propre, sont à même de surmonter les innombrables difficultés qui risquent de leur barrer la route ». A l'adresse des pays en développement, en particulier l'Afrique, il insistait sur le fait que : « La science, au même titre que l'art, est un élément de la culture collective de chaque société comme de la culture individuelle de chaque homme ». Un des principaux chantiers de Amadou Mahtar M'BOW, et pour lequel il a été beaucoup combattu, a été rappelé par M. HAIDARA. Il s'agit du NOMIC (Nouvel ordre mondial de la communication) qui devait contribuer à parer aux disjonctions, désarticulations et les déséquilibres dans la production et la distribution de l'information au niveau mondial dont souffraient particulièrement l'Afrique et le « Tiers Monde ». Amadou Mahtar M'BOW est né le 20 mars à Dakar (Sénégal). Il a une jeunesse engagée. Professeur, plusieurs fois ministre de l'Éducation du Sénégal, il est élu en 1966 membre du Conseil exécutif de l'Unesco. En 1974, M'BOW est élu à l'unanimité aux fonctions de Directeur général de l'Unesco.

Par Bertin DAKOUO

 
AMAFINU -Tous droits réservés